Archives des travaux de l’ESCA

  • Cycle de lectures en partenariat avec l’ENSATT

Dans le cadre d’un cycle élaboré en partenariat avec l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre de Lyon, les apprentis du CFA des Comédiens d’Asnières mettront en lecture des textes des écrivains dramaturges en formation à l’Ensatt.
Nous vous convions donc une fois par mois pour une série de lectures publiques les lundis à 18h, Seine.
L’occasion de découvrir des auteurs, metteurs en scène et comédiens en herbe !

Calendrier des lectures :

    • lundi 3 février 2014 : 18h
      Nous étions satisfaisant – de Alison Cosson
    • lundi 10 mars 2014 : 18h
      0615366417 – de Pauline Peyrade
    • lundi 7 avril 2014 : 18h
      Les Mains froides – de Marilyn Mattei
    • lundi 26 mai 2014 : 18h
      Recracher / Vomir – de Marilyn Mattei

    – Quatrième lecture le lundi 26 mai 2014 à 18h :

    Recracher / Vomir
    DE MARILYN MATTEI
    Mise en lecture Geoffrey Dahm 

    photo
    Crédit photo : Geoffrey Dahm

    Des adolescents s’interrogent, se questionnent sur leur avenir. Apprennent, retiennent une surabondance d’informations jusqu’à les recracher, les vomir.

    En tentant de se débrouiller non pas comme ils veulent, mais comme ils peuvent, ils deviennent par la même des poseurs de bombes, l’affichant aux yeux du monde. Ils jouent un jeu dangereux, celui de la vie. Le jeu étant l’activité dont le seul objectif est le plaisir. Ce jeu qui doit les aider à accéder au « je ».
    Geoffrey DAHM

    – Troisième lecture le lundi 7 avril 2014 à 18h :

    Les Mains froides
    DE MARILYN MATTEI
    Mise en lecture Nicolas Candoni et Charlotte Desserre

    Image1
    D.R.

    Au lycée, une bande de potes : Kaleb, Lenny, Nora et Oswald. Kaleb meurt en voulant protéger Oswald lors d’une altercation. Face à cet événement, incompréhensions et tensions se creusent entre parents et ados. Comment l’institution et les médias traitent ou s’emparent du fait divers ? Par quel moyen ces ados, bouleversés par la perte de leur ami et déçus par l’incapacité à (ré)agir dont font preuve les adultes, parviendront-ils à faire leur deuil et à agir pour se sentir vivants et retrouver l’apaisement dans un nouvel équilibre ?

     Nicolas Candoni et Charlotte Desserre

    Le texte de Marilyn Mattei Les Mains froides a reçu les encouragements de la Commission nationale d’Aide à la création de textes dramatiques (CNT) en novembre 2013.

     

    – Deuxième lecture le lundi 10 mars 2014 à 18h :

    0615366417
    DE PAULINE PEYRADE
    Mise en lecture Côme Lesage

    © Côme Lesage
    © Côme Lesage

     Alicia, 17 ans, vient de donner naissance à une fille qu’elle n’attendait pas. Prise de panique suite à un déni de grossesse, elle l’abandonne. Mise en examen pour tentative d’infanticide, elle vit coupée de sa famille dans un foyer pour adolescents. Perdue dans son nouveau quotidien qui se rythme entre les juges, les psychologues, les experts et les familles d’accueil, elle prendra peu à  peu conscience de sa situation. Ce monde, qui lui est étrange, on le perçoit à travers les conversations qu’elle entretient au téléphone avec sa sœur (Sandra), un de ses ex (Félix) et un garçon qui ne sait rien de son histoire.

    Côme Lesage

    « Le texte de 0615366417 propose une percée dans l’intime à travers un dispositif fictionnel et poétique au service de la parole adolescente. Il opère un effet de zoom sur la langue avec une écriture plongée au cœur du contexte qui s’acharne sur les résistances du langage et donne corps à la parole des personnages, à leur combat, à leur quotidien. Il propose de tout faire entendre, sans concessions ni voyeurisme, à travers des conversations téléphoniques prises sur le vif, et de construire un dispositif de lecture (et d’écoute) qui permette de franchir la « barrière » que peut représenter une langue qui jure, qui se répète, qui se heurte inlassablement aux mots et qui se discrédite elle-même, pour révéler les réels enjeux de cette histoire : comment sortir du déni s’il nous permet de survivre ? Comment vivre dans un corps qui nous échappe ? Comment se faire entendre quand on n’a pas les mots pour se défendre ? Il s’agit, dans et par l’écriture, de faire entendre la tendresse cachée derrière la brutalité, l’errance derrière le rire, l’inexprimable derrière le tic de langage, afin de défaire les personnages de leurs assignations, de troubler nos préjugés, de faire vaciller nos représentations. Parce que c’est précisément là où elle se braque que la langue peut trouver l’espace et la liberté de se réinventer. »     Pauline Peyrade

     

    – Première lecture le lundi 3 février 2014 à 18h :

    Le lundi 3 février 2014

    NOUS ETIONS SATISFAISANTS
    DE ALISON COSSON
    Mise en lecture Laurène Thomas

    Crédit photo : Miliana Bidault
    Crédit photo : Miliana Bidault

    Nous traversons la vie de Lena K, femme au foyer à la recherche d’un emploi. Engagée à travailler pour une société d’enquêtes téléphoniques – sous le nom de Sylvie Bolenne – Lena K délaisse progressivement son foyer au profit de ce nouveau travail, on ne peut plus aliénant. Se multiplient alors les Sylvie(s) Bolenne, prenant possession de son être…

    Cette pièce d’Alison Cosson nous offre une vision atypique de la professionnalisation de l’homme, de ses vertus, de ses limites et de sa violence.

    De toute évidence, les voix de Sylvie Bolenne spatialisent et parasitent Lena K, qui se perd puis se confond dans cet archétype féminin.

    Nous étions satisfaisants questionne l’image de la réussite – professionnelle ou personnelle.

    Les voix s’entremêlent, cultivent l’idée d’une dépossession de soi et laissent apparaître une véritable réflexion sur le travail. Le travail nous appartient-il ? Reflète t-il ce qu’il y a de plus profond en nous, notre accomplissement, ou doit-il au contraire rester une fonction ?

    Laurène Thomas

  • Stage des apprentis comédiens avec la compagnie d’Arts de la rue, Deuxième Groupe d’Intervention :2è grpe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ON NE FAIT RIEN SEUL ET VICE VERSA
Jeudi 10 avril 2014 à 12h
Parcours en jeu suite à la formation Extérieur-Contemporain, des textes pour des lieux et vice versa…
Départ depuis l’Atelier de Deuxième Groupe, 27 rue Voltaire, Malakoff
Gratuit / Tout public / 1h15

Suite à 5 semaines de formation du 3 au 7 mars et du 17 mars au 11 avril 2014, des apprentis comédiens du CFA des Comédiens nous restituent leurs recherches, leurs tentatives, leurs découvertes.  Ils ont entre 20 et 30 ans, ils ont exploré la rue Voltaire et ses alentours, ils ont pensé à des textes, de théâtre ou non, les ont confrontés aux espaces extérieurs, aux habitants, aux passants, ils disent, ils chantent, ils improvisent. Itinéraire d’une mise en écho, processus d’interaction, cheminement au travers de l’in situ…Suivez leur parcours et découvrez des personnalités en jeu !


Crédit photo : Miliana Bidault - 10 avril 2014 à Malakoff

Crédit photo : Miliana Bidault – 10 avril 2014 à Malakoff

 

 

 

 

 

Contacts

Marine Badetz
Chargée de communication et des relations publiques
01 47 90 95 33
communication@studio-asnieres.com

Miliana Bidault
Chargée de la pédagogie Ecole du Studio et ESCA
01 47 90 71 51
milianab@studio-asnieres.com

Tatiana Breidi
Directrice adjointe
01 47 90 71 54
tatianab@studio-asnieres.com

Nicolas Lovatin
Chargé de missions
06 80 77 88 65

Bruno Marchini
Régisseur costumes
06 07 24 85 98
bruno.marchini@wanadoo.fr

Audrey Millon
Administratrice
01 47 90 71 52
audreym@studio-asnieres.com

Arthur Petit
Régisseur général
06 16 22 25 51