Hot House – Carte Blanche à Olivier Lugo

Vendredi 4 mai à 20h30
Samedi 5 mai à 19h

 

Dans le cadre de la formation des apprentis comédiens, ceux-ci sont invités à créer leurs propres spectacles, sous forme de cartes blanches.

(c) D.R.

 

Hot House de Harold Pinter
Adaptation française d’Éric Kahane
Carte blanche à Olivier Lugo (apprenti de troisième année)

Avec Gabrielle Cohen, Timothée Doucet, Thomas Keller, Chloé Lorphelin et Olivier Lugo

Il fait froid, c’est l’hiver. Roote, Gibbs, Lush, Lamb et Tubb sont les cadres d’une institution vouée au repos et au bien être de leurs patients. Mais aujourd’hui, le jour de Noël, la neige s’est changée en boue, le matricule 6457 est mort et le 6459 vient d’accoucher d’un fils. Cela n’était jamais arrivé….

Quand Harold Pinter écrit Hot House dans les années 50, il est encore à l’université : c’est une pièce de jeunesse, particulièrement riche et débridée, sur le pouvoir et l’ambition, à la fois comique et terrifiante.
Ici, l’auteur britannique veut dénoncer le poids de l’institution, ses règles contraignantes et exorbitantes par rapport au monde extérieur. Un sujet dans l’air du temps, où l’autorité est remise en cause à tous les échelons.
L’histoire pourrait se résumer par la dénonciation d’une certaine déliquescence de notre société, où tout est numéroté et catégorisé : les personnages sont les cadres d’une institution bureaucratique non définie ; des patients que l’on ne voit jamais sont nommés par des numéros de matricule… S’agit-il d’une maison de repos, d’un asile, d’une prison?
En tout cas, la vie de cette maison est rythmée, « depuis des temps immémoriaux », par des dizaines de fêtes et cérémonies traditionnelles. Noël marque le passage d’une année à l’autre et les cycles s’enchaînent… mais le temps n’existe plus.

Je souhaite ici mettre en avant l’humour de Pinter, cet humour étrange qui ose prendre le risque du tragique, et qui illustre bien ce monde indéfinissable où l’ambiguïté et les non-dits règnent.  Celui qui sait a le pouvoir.
Comme souvent chez Pinter, les pistes sont nombreuses et l’ambiance mâtinée de fantastique. Le directeur ne serait-il pas un patient comme les autres à qui l’on fait croire qu’il dirige l’institution ? À moins que ses subordonnés n’aient pris l’ascendant petit à petit, le confortant dans l’illusion du pouvoir ?

Olivier Lugo

 

Tarif unique de 8 euros.
Réservations au 01 47 90 95 33 ou par mail à billetterie@studio-asnieres.com.
Vous pouvez également régler vos places en ligne : ICI.

Contacts

Marine Badetz
Chargée de communication et des relations publiques
01 47 90 95 33
marineb@studio-asnieres.com

Miliana Bidault
Chargée de la pédagogie Ecole du Studio et ESCA
01 47 90 71 51
milianab@studio-asnieres.com

Tatiana Breidi
Directrice adjointe
01 47 90 71 54
tatianab@studio-asnieres.com

Nicolas Lovatin
Chargé de missions
06 80 77 88 65
nicolasl@studio-asnieres.com

Bruno Marchini
Régisseur costumes
06 07 24 85 98
brunom@studio-asnieres.com

Audrey Millon
Administratrice
01 47 90 71 52
audreym@studio-asnieres.com

Arthur Petit
Régisseur général
06 16 22 25 51
arthurp@studio-asnieres.com