Retournement d’Agnès Marietta – Lecture publique #2

d'Agnès Marietta

(c) Miliana Bidault

« Il y a une étrange odeur de soufre dans mon cœur. Qui se dissipe quand je te quitte ».
Telle sera une des nombreuses violentes apostrophes qui ponctuera la relation épistolaire tourmentée entre Nietzsche et Lou Andreas-Salomé.

Le texte Retournement s’ouvre par le retour en France d’un père après des années d’absence dans un pays du Maghreb et nous donne à voir la difficulté de la parole et la complexité des non-dits. Entre un fils et une mère qui refusent le retour d’un père, et une fille qui remet en question sa place au sein de la famille, c’est bien la figure paternelle, au sens large, qui est ébranlée.

Sous l’apparence d’un conflit générationnel, familial et biculturel c’est une tragédie belle et bien universelle qui se dévoile entre les lignes de Retournement. Dans ce texte, d’où aucune relation ne sort indemne, les rapports de force sont remodelés, et font résonner les injustices que l’on ressent enfant et les désespoirs d’adulte.
Parce que l’institution familiale peut être aussi aimante que traîtresse, ce texte nous dévoile comment chacun et chacune fait comme il ou elle peut et le mieux possible pour vivre. En reprenant les mots de Roland Barthes « Ce qu’il faut de courage pour vivre ».

Ada Harb, Delphine Lacheteau et Pierre-Loup Mériaux

 

L’autrice – Agnès Marietta

Agnès Marietta se rêvait écrivain. Elle est aujourd’hui autrice.
C’est parfois long de devenir ce qu’on est.

À vingt ans, elle rencontre un comédien, Michel Marietta, et écrit sa première pièce. Ensemble, ils montent leur compagnie, Travaux Publics. Elle à l’écriture, lui à la mise en scène, pièce après pièce – Comme dans du verre brisé, Aujourd’hui plus que jamais, Cœur de Cible, Suite parentale – ils racontent l’individu coincé entre ses rêves et un réel pas toujours à la hauteur.

Agnès écrit plusieurs livrets dont un conte musical Moimoi l’enfant-roi, mis en scène par Bérengère Gilberton, et deux livrets d’opéra, Wu Zetian, commande d’état pour la compositrice chinoise Xu Yi et Le Dibbouk, pour le compositeur jazz François Méchali.
Elle met en scène ses propres textes, comme À double tranchant.
En 2006, N’attendez pas trop longtemps, son premier roman, est publié aux Éditions Anne Carrière et Pocket. En 2009, c’est au tour de Tout pour Toi (Éditions Anne Carrière et Pocket).

Depuis 2011, elle travaille en collaboration étroite avec Rachel Tanguy, cheffe de service de l’Espace Dynamique d’Insertion CESAME d’Eragny-Sur-Oise. Ensemble elles créent le PRIX ESTHER, prix de littérature théâtrale, décerné par des jeunes (hors scolaires) de 16 à 25 ans, en partenariat avec le Ministère de la Culture (DGLFLF) et les Écrivains Associés du Théâtre.

lundi 10 janvier 2022 | 19h

Mise en lecture Ada Harb, Delphine Lacheteau et Pierre-Loup Mériaux

1h40

AvecVincent Arfa, Anaël Azéroual, Simon Cohen, Martin Jobert, Milla Nizard et Marion Träger