Stage autour de textes d’Aiat Fayez et de Marina Skalova

 

(c) Miliana Bidault

En 2017, j’ai travaillé avec les apprentis-comédiens du CFA d’Asnières sur les récits autobiographiques et Tracteur d’ Heiner Müller, auteur incontournable de l’Allemagne du XXème siècle dont l’œuvre met en relief les deux grandes dictatures de cette époque (nazisme et communisme) dans les traductions de Jean-Jourdeuil. Par la suite, en lien avec Judith Walter des éditions de l’Arche, j’ai mené une recherche sur les auteurs vivants d’Outre Rhin. Aujourd’hui, j’ai voulu de me pencher sur des textes dramatiques d’auteurs contemporains qui interrogent les notions d’exil et de migrations au XXIème siècle, reflétant notre monde et nos tragédies contemporaines.

Je souhaite faire travailler les apprentis comédiens sur Le Monologue des Minorités d’Aiat Fayez publié à l’Arche en 2018. A la fois, politique et philosophique, la pièce met en scène une voix – celle d’un narrateur qui se remémore les moments partagés avec son meilleur ami qui s’est suicidé. Il part sur les traces de leur enfance au pays natal. Il se remémore aussi leur vie d’étudiants en Angleterre, puis à Vienne, Berlin, Paris, Budapest ; il se souvient des errances dans les rues de ces villes, des conversations dans les cafés, des rencontres amoureuses… Ainsi en nous livrant des bribes de souvenirs, le narrateur nous fait revivre un être cher et essaie de comprendre « qui était donc ce jeune homme en quête d’une terre où vivre serait possible ».

Ait Fayez est né en 1979 en Iran, il a vécu en Allemagne, en France et, depuis quelques années, il est installé en Autriche, à Vienne. Ses textes, publiés à l’Arche et chez P.O.L, s’intéressent à la figure de l’apatride, de l’étranger et questionnent les migrations contemporaines. Aiat Fayez s’inscrit « dans la lignée des écrivains européens de l’exil, de leur tragique destinée et d’une quête de soi par l’écriture ». (L’Arche éditeur).

Parallèlement à cette pièce, je souhaite aussi faire découvrir aux apprentis comédiens, un autre texte d’Aiat Fayez,  Angleterre, Angleterre, publié à l’Arche en 2016. Dans Angleterre, Angleterre, l’auteur met en scène un passeur qui nous raconte la jungle de Calais, les transports d’êtres humains, « son business ». Faisant commerce du désespoir de l’autre, il nous livre ses échanges avec son entourage, mais aussi les pensées qui subitement le traversent…

Ce qui est intéressant avec ces deux textes, c’est qu’ils permettent de sensibiliser de jeunes comédiens aux tragédies d’aujourd’hui, celles des migrations du XXIème siècle, et de les faire travailler sur deux langues différentes : la langue dans Angleterre, Angleterre est plus quotidienne, plus âpre, plus brutale, plus  nerveuse que dans Le Monologue de l’exil qui relève davantage d’ une quête intérieure, d’un geste d’amour. Chacun de ces textes constitue un flux de paroles, a sa propre oralité et son propre rythme. Ce qui me plaît aussi, c’est que ces deux textes sont des monologues qui peuvent être découpés, distribués de sorte que les comédiens aient une même partition à travailler.

Afin de nourrir nos imaginaires et nos échanges, je souhaiterais en parallèle des textes d’Aiat Fayez, faire découvrir aux apprentis comédiens, un récit, Exploration du flux, de Marina Skalova, publié au seuil en 2018. L’autrice est née à Moscou en 1988, elle a grandi entre l’Allemagne, la Russie et la France, et vit maintenant à Genève. Ses écrits portent sur différentes formes (texte dramatique, poésies, récits) pour mieux interroger l’exil… Elle vient de publier La chute des comètes et des cosmonautes à l’Arche. Exploration du flux, est un texte écrit tantôt en italiques, tantôt en vers libres ou en prose, c’est une sorte de miroir du monde à la fois collectif et personnel car Marina Skalova s’y connaît en déplacements, en migrations, à la fois dans sa vie et en littérature. «J’avais commencé à écrire ce texte, dit-elle, à cause de la colère et de l’impuissance/la colère s’est atténuée, s’est émoussée […]/la colère s’est usée/l’impuissance est restée.»

Christine Letailleur

Du 13 octobre au 6 novembre 2020

Stage dirigé par Christine Letailleur