Stage La Cérémonie du chocolat – Jean-René Lemoine


(c) Paul Desveaux

QUELQUES REPÈRES
La pièce se déploie donc comme un Eveil du Printemps contemporain. Au fil de tableaux construits comme des plans cinématographiques, elle met en scène un groupe d’adolescents et leurs parents, tous fragilement ancrés dans leur époque.

La question du désir (sa fugacité, sa violence) est au premier plan dans la sarabande qui « ravit » les jeunes protagonistes de La Cérémonie du chocolat. Ils sont littéralement saisis dans l’instant où le désir (où l’Amour) surgit.
Les uns sont terrassés par cette découverte, d’autres sont au désespoir de ne pas être désirés, ou bien dans la confusion du désir et de l’amour. D’autres encore sont déterminés et vaillants dans l’affirmation de leur orientation sexuelle.

Il y a dans la pièce une forte affirmation du féminin, une soif impérieuse de sortir des schémas conventionnels de la relation homme-femme.

Les personnages – à l’orée de leur maturité – sont aussi traversés par la question de leur futur, inquiets de ce que le monde d’après leur réserve.
Certains d’entre eux découvrent déjà leur vocation. D’autres – aspirés par la dépression -, luttent pour résister à la tentation du vide (la question de l’anorexie est ici également abordée).

Les parents sont dépeints dans leur fragilité, dans leur effort pour bien-faire, dans leur impuissance, ils sont la plupart du temps pleins d’amour, mais parfois aussi dans une violente incapacité à comprendre.

Mais il n’y a pas de surplomb dans La Cérémonie du Chocolat. La pièce ne tente pas de donner des réponses, elle se contente de poser des questions.
Elle décrit des êtres en perpétuel mouvements, bouleversés par des changements trop soudains.
Et si elle explore le trouble, le sentiment de perte de ces adolescents et de leurs parents, elle met aussi en lumière l’immense espoir qui les agite et les fait vivre.

LE TRAVAIL
Dans la pièce il y a des enfants (ils ont 16 ou 17 ans) et des parents. Nous allons donc travailler ensemble à la fois sur l’adolescence et sur l’âge adulte. Cela demandera aux acteurs un travail de réminiscence ou un travail de projection.
Nous tâcherons d’être au plus près des personnages, au plus près du souvenir de cette période et aussi dans l’observation attentive de ce qu’être parent veut dire.
L’idée est de travailler la pièce dans son intégralité et d’arriver le plus loin possible dans sa mise en jeu, sa mise en espace.

Jean-René Lemoine

du 3 janvier au 10 février 2023

Stage dirigé par Jean-René Lemoine